Deux jeux indépendants aux graphismes en noir et blanc

Proposant un univers monochrome mais déroutant, attendrissant ou inspiré du passé, découvrez des titres ayant fait le pari d’une esthétique en noir et blanc.

Lors de leurs premières années, les jeux vidéo proposaient des graphismes uniquement en noir et blanc. Ce choix était imposé notamment à cause des limitations techniques des premières consoles. Cependant, à partir de 1979, la couleur s’invite dans les créations vidéoludiques. 

Aujourd’hui, les graphismes sont de plus en plus colorés. Et même s’ils n’hésitent pas puiser leurs inspirations dans des classiques des années 80 ou 90, les jeux en noir et blanc se sont raréfiés. Néanmoins, ils n’ont pas complètement disparu.

Que ce soit dans le monde des jeux indépendants ou grâce à des fonctionnalités étonnantes de jeux triple A, il arrive que des titres en gris, en blanc et en noir s’invitent sur nos consoles. Et souvent, ils sont l’occasion de proposer des expériences de jeux atypiques, tantôt effrayantes, tantôt décalées. Focus sur 10 de ces titres à l’esthétique semblant jaillir du passé. 

Limbo

Acclamé tant par la presse que par les joueurs, Limbo est un jeu de plateforme en 2D horizontale à l’atmosphère lugubre. Dans ce titre, le joueur incarne un petit garçon perdu dans un monde entièrement gris. Son but : continuer d’avancer pour comprendre son but tout en évitant les pièges de ces terres désertiques où se terrent des créatures effrayantes. 

Blanc

S’il peut se finir en moins de 3 heures, Blanc est un jeu extrêmement poétique et touchant tout en noir et blanc. Le titre, jouable à 2, vous glisse dans la peau d’un louveteau et d’un faon séparés de leurs familles suite à un blizzard. Malgré leurs différences, les deux animaux devront collaborer pour avancer et résoudre les énigmes sur leur route. En plus d’être en noir et blanc, le jeu a entièrement été dessiné à la main, ce qui en fait un titre très original.

Plug and Play

Adaptation d’un court-métrage dessiné par Michael Frei, Plug and Play est un titre aussi déroutant qu’hypnotisant. S’il est plus proche du dessin animé interactif que du jeu vidéo, il se compose de plans avec des dessins noirs sur fond blanc ou de dessins blancs sur fond noir. Comme con nom le laisse supposer, les prises sont les personnages principaux de ce jeu très court. Néanmoins, il n’a pas manqué de conquérir l’esprit des joueurs depuis sa sortie en 2015. 

Madworld

Madworld a profondément marqué les esprits à sa sortie en 2009. Tout d’abord, il s’agit de l’un des très rares jeux de la Wii destinés aux joueurs de 18 ans et plus.

Mais surtout c’est un jeu proposant des graphismes en noir et blanc… et rouge car il est très violent. Le jeu vous met dans la peau d’un homme participant à une télé-réalité dont le but est de survivre. Et pour y parvenir, il n’hésite pas à tuer à l’aide de sa fidèle arme : une tronçonneuse. 

Return of the Obra dinn

Avec son esthétique rappelant les cinématiques de jeux GameBoy, Return of the Obra Dinn nous plonge dans un monde très détaillé, riche en aventures mais aussi en violence.

L’histoire de ce jeu d’exploration et d’observation nous entraine en 1807. Cinq ans après sa mystérieuse disparition en mer, un navire de marchandises refait surface dans le port de Falmouth. Vous devrez tout faire pour monter sur ce bateau en vue de faire votre travail, même si cela pourrait s’avérer très dangereux. 

Hidden Folks

Si vous aimiez jouer à “Où est Charlie ?” lorsque vous étiez enfant, alors Hidden Folks est fait pour vous. Dans ce jeu entièrement dessiné à la main, vous devrez mettre votre sens de l’observation à l’épreuve pour trouver tous les objets et personnages cachés. Et pour combler petits et grands, le jeu inclut de nombreux éléments interactifs et animés pour inciter à regarder chaque détail de ce monde monochrome. 

West of Loathing et Shadows over Loathing

Même si elle semble avoir été dessinée sous Paint, la saga Loathing s’est imposée au fil des ans comme un must du jeu indépendant décalé. La série compte aujourd’hui deux aventures entièrement en noir et blanc : West of Loathing sorti en 2017 et Shadows over Loathing sorti en 2022. Les deux jeux sont des RPG mettant l’accent sur la comédie, des dessins improbables et une profusion de jeux de mots

Crime O’clock

Comme Madworld, Crime O’clock est un jeu qui triche car ils inclut de petites touches de couleur dans ses graphismes tout en noir, blanc et gris. Mais comme Hidden Folks, il va mettre votre capacité d’observation et de déduction au défi. Le jeu vous met dans la peau d’un détective temporel qui doit voyager à travers les époques pour résoudre des crimes qui ne devaient pas arriver. 

Ghost of Tsushima : Kurosawa Mode

Jeu sorti en 2020, Ghost of Tsushima est un jeu en couleurs. Cependant, il propose un mode unique qui donne au titre une touche cinématographique. En effet, le jeu inclut le mode Kurosawa, qui est une référence directe au réalisateur de films de samouraïs Akira Kurosawa. S’il prend juste l’apparence d’un filtre gris, ce mode renforce le côté immersif et historique du titre

World of Horror

Destiné à un public mature et amateur de films d’horreur japonais, World of Horror est une expérience déroutante et très déstabilisante. Inspiré par le travail du maitre de l’horreur nippone Junji Ito, le jeu tout en pixels prend place dans un univers aux portes de l’apocalypse. Entre rogue-lite et RPG, World of Horror peut effrayer. Mais il n’en reste pas moins hypnotisant et encensé par les joueurs. Alors oeserez-vous vous aventurer dans ce monde noir et blanc ? 

Rédactrice passionnée depuis plusieurs années mais fan de jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance. Dresseuse Pokémon à temps plein et chasseuse de montures rares, vous me croiserez à coup sûr dans les mondes peuplés de dragons.