test du jeu the medium sur xbox s et x

Sortie le 28 janvier 2021, The Medium est un jeu d’horreur psychologique dans laquelle le gamer incarne Marianne, une médium capable de communiquer avec les morts. Déployé par la Bloober Team, une équipe de développeur polonais, The Medium est un thriller surnaturel qui va plaire à tous les fans de ce genre de jeu vidéo. 

Après avoir développé de nombreux jeux comme “The Observer”ou “Blair Witch”, The Medium est sûrement le projet le plus ambitieux du studio.

Nous avons testé The Medium. Voici notre avis complet sur cette oeuvre horrifique issue de l’écurie Microsoft.

Les bons points de ce test de The Medium :

  • un récit intriguant bien pensé
  • une ambiance à la fois pesante et prenante
  • la possibilité de voyager entre les réalités
  • un doublage de Troy Baker (doubleur dans BioShock Infinite, The Last of Us ou Batman : Arkham Origin)

Les mauvais points du jeu : 

  • un jeu limité à 30 FPS sur console 
  • des animations parfois trop imprécises et trop peu réalistes
  • il arrive que le jeu saccade
  • durée de vie du joueur trop faible
  • simplicité du jeu

The Medium jeu video thriller

L’histoire du jeu

L’histoire de The Medium commence en 1999, à Cracovie. Dans le jeu, vous prenez la place de Marianne, une femme capable de percevoir et de faire la différence entre le monde des humains et celui des morts.

C’est suite à une vision qu’elle a du meurtre d’un enfant près d’un lac et un appel d’un certain Thomas lui promettant d’apporter des réponses concrètes à ses interrogations que l’aventure de The Medium commence.

Dès le début du jeu, le joueur est projeté dans une atmosphère à la fois horrifique et lugubre. Les polonais de Bloober n’ont pas hésité à s’inspirer des productions japonaises des années 90 – 2000 (Resident Evil, Silent Hill…). 

Des graphismes travaillés et un environnement marquant

Lorsqu’est venu le temps de tester The Medium, on se rend vite compte d’une chose : bien que les graphismes ne soient ni les plus impressionnants ni les plus réalistes qui soit, le gameplay et l’univers à double-réalité de la création polonaise est grandement marquée par l’inspiration tirée de l’artiste peintre Zdzisław Beksiński. 

En plus de faire jouer le gamer dans une ambiance pesante, terne et parfois même inquiétante, la présence constante d’un esprit vient renforcer l’aspect à la fois si plaisant et si dérangeant lorsqu’on joue au jeu.

Qui plus est, le fait de savoir que The Maw (littéralement, “La Gueule” en français) cherche à prendre possession de votre corps en vous tuant ne vient pas arranger les choses ! C’est là un excellent point qui renforce le côté thriller psychologique du jeu.

the medium graphisme du jeu

Entre tons ocre, rouges, gris foncé et sombres, une atmosphère qui pourrait presque rappeler celle de l’univers parallèle de Stranger Things, les graphismes de The Medium ont été pensés pour plonger les joueurs en immersion et leur donner les mains moites à de nombreuses reprises.

Toutefois, il est a noté que, malgré le fait que les effets de lumières et l’environnement soit d’une qualité non négligeable, les animations graphiques sont parfois mauvaises et témoignent d’une oeuvre créée par un studio au budget modeste loin d’avoir les moyens d’Ubisoft, EA ou Blizzard.

Un jeu de qualité malgré quelques “hic” !

Le jeu est composé d’une version originale, de sous-titres français personnalisables (taille, fond, épaisseur…) et de graphismes modernes avec des éclairages et un décor ultra travaillé.

Finalement, le problème technique que nous avons trouvé lors de notre test de The Medium concerne la caméra. The Medium utilise de nombreux plans semi-fixes comme ceux utilisés à l’ancienne, tels qu’on pouvait les voir dans “Alone in the Dark” ou les premiers “Resident Evil”.

Dès lors, il arrive que le joueur n’ait pas la sensation de véritablement contrôler les actions ou que la caméra passe soudainement d’un objectif à l’autre…

Pour résumer ce test de The Medium, il faut admettre que, malgré quelques saccades et des animations à revoir, ce thriller psychologique provoque de bonnes sensations de stress bien qu’il ne soit pas aussi “violent” que des jeux types Survival Horror. Aussi, même si les énigmes paraissent parfois un peu trop simplistes, le travail effectué par la petite équipe de Bloober reste remarquable et vaut le détour si vous êtes un amateur de ce genre de jeux vidéo.