Microsoft Offering

Après les informations selon lesquelles la Commission fédérale du commerce des États-Unis serait sur le point de déposer une plainte antitrust pour bloquer l’acquisition d’Activision Blizzard par Microsoft, il est maintenant question que Microsoft fasse des concessions afin de préserver l’accord en Europe.

C’est ce qu’indique un rapport de Reuters, qui affirme que Microsoft a travaillé sur une stratégie visant à faire des concessions pour éviter que l’accord ne soit sabordé par les régulateurs. Dans l’Union européenne, une liste des problèmes de concurrence et des conflits potentiels sera publiée en janvier. Ce document, connu sous le nom de déclaration d’opposition, est toujours en cours d’élaboration. Microsoft semble donc s’efforcer de réduire la liste des préoccupations potentielles avant sa publication officielle.

Au centre des considérations rapportées se trouve une offre de licence pour les jeux d’Activision Blizzard, y compris Call of Duty, à Sony pour une période de 10 ans. Cette proposition fait écho au récent article du New York Times sur une proposition similaire de 10 ans pour que la franchise CoD reste sur PlayStation.

Sony, dans le cadre du processus réglementaire britannique, a publié des déclarations exprimant son inquiétude concernant Call of Duty, l’une des plus grandes franchises mondiales, et l’exclusivité potentielle prévue par Microsoft. La société a racheté des entreprises comme Bethesda et a fait des jeux à venir des exclusivités Xbox et PC, de sorte que l’exclusivité de la plate-forme n’est pas hors de question. Pourtant, Activision Blizzard est l’un des plus grands développeurs et éditeurs du monde.

Le rapport de Reuters comprenait une déclaration de l’avocat Stéphane Dionnet, du cabinet McDermott Will &amp ; Emery, notant que “En fin de compte, une telle démarche pourrait obtenir une autorisation rapide de la Commission européenne et être ensuite utilisée par les parties devant d’autres agences antitrust” comme la FTC américaine et la CMA au Royaume-Uni. Pourtant, il n’est pas clair si les concessions potentielles peuvent être acceptées.

Il est clair que ce processus va encore prendre un certain temps, et si l’accord a été approuvé jusqu’à présent dans des pays comme le Brésil et l’Arabie saoudite, ses plus grandes épreuves sont à venir. Proposer de réduire les motifs de préoccupation anticoncurrentielle pourrait être un moyen de faire passer les choses.

Passionné par la high tech et gamer depuis mon plus jeune âge, je suis ravi de partager avec vous tous mes connaissances et mes passions. Nous aurons probablement l'occasion de nous croiser sur les terrains de jeux virtuels de haut niveau!