Microsoft lanza una web dedicada a explicar los beneficios de la compra de Activision

Il était clair que quelque chose sentait mauvais. Cela fait un certain temps que ça sent le roussi. Des réunions sournoises avec des représentants de la FTC aux arguments boiteux pour bloquer l’achat, en passant par un ridicule embarrassant sur Twitter en accusant l’UE de ne pas avoir pris sa décision. Tout cela pour aboutir à un ridicule embarrassant sur Twitter en accusant l’UE de ne pas avoir pris sa décision. La CMA a perdu pratiquement tout respect pour une institution qui devrait s’occuper des utilisateurs et non des entreprises.

Certains éléments ont déjà été révélés qui aggravent la situation, comme le fait que le directeur responsable de la signature de la décision au sein de l’agence avait travaillé pour le cabinet d’avocats qui représentait Sony dans le cadre de la procédure. Vous voyez le tableau, n’est-ce pas ?

Des éléments étranges dans le processus qui donnent lieu à une suspicion légitime de faute professionnelle.

La CMA se plaint de ne pas avoir eu le temps de préparer le procès parce que l’avocat qu’elle a choisi n’est pas prêt pour l’affaire ; cependant, le juge chargé de l’affaire a accepté que le procès ait lieu en juillet, ce qui donne à Microsoft une certaine marge de manœuvre, mais souligne une fois de plus la mauvaise foi des Britanniques. Cela donne à Microsoft une certaine marge de manœuvre, mais souligne une fois de plus la médiocrité des Britanniques : n’ont-ils vraiment pas d’avocat prêt à les défendre ?

La nouvelle d’aujourd’hui est toutefois différente : l’avocat qui défend Activision dans cette affaire a fouillé dans les 400 pages et plus que comporte ce dossier et a trouvé plusieurs éléments qui n’ont ni queue ni tête. Mais Marcus Smith souligne que sur les 32 semaines d’enquête, seules quatre ont été consacrées au jeu en nuage, ce qui n’est pas assez pour avoir été aussi décisif dans son blocage.

La grande majorité du temps passé par la CMA, sur les 32 semaines d’enquête, 28 semaines ont été consacrées à sa première préoccupation, à savoir qu’il y a eu ou qu’il y aurait un comportement anticoncurrentiel si cette fusion était autorisée en ce qui concerne le marché des consoles”.

La fin des 32 semaines a été consacrée à l’histoire des nuages. Bien sûr, à la fin, contrairement à ce que beaucoup attendaient, ils ont décidé que la partie de l’histoire concernant les consoles était bonne. Il n’y avait pas de problème. En fin de compte, si nous avons perdu, c’est à cause de leur point de vue sur l’histoire des consoles.

L’un des aspects de la partie du débat concernant les consoles était l’argument de la forclusion, qui a été rejeté. Vous avez donc à la fois cet argument et la conclusion suivante : “Nous ne pensons pas qu’il y aura un argument valable de forclusion en ce qui concerne l’histoire de la console, mais nous pensons qu’il y aura forclusion, ou qu’il y aura une probabilité que le résultat de la forclusion soit que ces concurrents ne puissent pas avoir accès à ces jeux Activision, en ce qui concerne le nuage”.

À première vue, il s’agit d’une paire de conclusions frappantes. Elles sont diamétralement opposées l’une à l’autre, et l’on se demande quel en serait l’objectif, et pourquoi quelqu’un se comporterait ainsi, étant donné la conclusion de l’autre voie que nous connaissons.

Elle est également en contradiction flagrante avec la décision de la Commission européenne, qui adopte un point de vue totalement différent sur ce que l’on entend par “marché” et sur la validité de la proposition selon laquelle il y aurait un verrouillage du marché en ce qui concerne la diffusion en continu dans le nuage.

Le nuage n’est pas un marché distinct et il est absurde de l’utiliser pour bloquer l’achat d’un produit.

Activision souhaite également intervenir explicitement dans la procédure afin de clarifier les raisons pour lesquelles la CMA a agi de manière incohérente.

Nous nous référerons brièvement à la définition du marché, qui est la base 1, pour montrer que la CMA n’a pas pris en compte le passage entre les jeux en nuage et les jeux natifs sur une console, un PC ou un appareil mobile, ni les restrictions hors marché.

Ce que la CMA n’aborde jamais, et qui ne fait certainement pas l’objet d’une contestation, c’est la notion selon laquelle le joueur pourrait être en mesure de passer de la diffusion en nuage aux jeux natifs par le biais du même matériel.

Ce concept est très important parce qu’il est lié à la question clé de la définition du marché. En effet, si vous avez la possibilité de passer de l’un à l’autre, l’idée qu’il s’agit d’un marché distinct devient beaucoup plus difficile à expliquer ou à justifier.

Activision sera en mesure d’expliquer pourquoi le cloud gaming, qui n’est rien d’autre qu’un mécanisme de livraison, par le biais du cloud, n’est qu’une autre façon de livrer le produit au joueur. C’est tout ce que c’est. C’est une façon différente de le faire, mais ce n’est qu’un mécanisme de livraison.

Marc
Passionné par la high tech et gamer depuis mon plus jeune âge, je suis ravi de partager avec vous tous mes connaissances et mes passions. Nous aurons probablement l'occasion de nous croiser sur les terrains de jeux virtuels de haut niveau!