RSSRSS

Strike Suit Zero : Test et interview

Fiche
Strike Suit Zero

Test et interview

«Jeu d'action spatial surréaliste»

Strike Suit Zero

Le jeu d'actions au beau milieu d'une fresque spatiale éblouissante

Stop, plus personne ne bouge ! Pour jouer à ce jeu, il va vous falloir des nerfs d'acier et toute votre concentration. On a un jeu qui vous aspire littéralement, qui vous scotche au siège et qui vous emmène par-delà les étoiles, aux confins des univers pour tenter de survivre dans l'espace et d'annihiler une cohorte d'ennemis.
Si vous aimez le calme, les petites fleurs, les jeux au tour par tour ou mon petit Poney, passez votre chemin.

En revanche, si vous aimez virevolter dans les airs sans une seconde de répit dans des décors complètement fabuleux et une musique envoûtante, alors là, vous allez vous régaler.

Dans la peau d'un pilote émérite

Vous êtes Adams (alors que pas du tout dans la vraie vie). Vous êtes projeté aux commandes d'un vaisseau pour sauver je ne sais quelle colonie contre des méchants qui sont sans doute vraiment pas mignons. La guerre est sur le point d'éclater mais heureusement, VOUS êtes là ! (Ah ben oué, quand même, vous avez la pression là non ?)
 
On arrive directement en plein combat !

Les missions se succèdent et les premières sont vraiment là pour vous habituer à manier votre engin. Car, il va vous falloir un temps d'adaptation non seulement pour le pilotage mais aussi pour vous orienter. On reparlera du gameplay mais la grande force du jeu pour moi est ici : on arrive très vite à se déplacer et à évoluer quasiment "naturellement" dans l'espace. On ressent vraiment une totale liberté quant à la direction que l'on peut prendre et ouch, ça fait du bien.

Bref, la prise en main est rapide et sans douleur même si par la suite, les choses se corsent et pas qu'un peu !
 

On rentre rapidement dans le vif du sujet

On va parler en terme de mission car il y a eu comme un "gap" pour moi. Un gros gap même entre les deux premières missions et la mission 3 où l'on nous met dans un de ces fameux Strike Suit.

Les deux premières missions, c'est déjà un condensé de nervosité et d'ambiance surréaliste. Au départ, on survole la Terre, les décors bleutés sont comme du velours pour nos petits yeux et je ne plaisante pas. C'est totalement magnifique. On a vraiment l'impression d'évoluer dans un tableau, dans quelque chose d'artistique. Quand j'étais gosse, j'étais ébahi sur les images spatiales qu'on voyait et là, on est au beau milieu de ces constellations, de ces planètes... Cette première mission, c'est déjà costaud même si au final, on vous apprend juste à vous déplacer.
 
 
Des décors magnifiques et différents à chaque mission

On comprend vite que l'on n'a pas affaire à un jeu facile. Je vous dis, ce n'est pas Lego dans l'espace ou Barbie dans sa fusée. C'est véritablement pour les joueurs qui veulent de l'action pure et dure et même la mission 1 va vous donner des sueurs froides.

La 2ème mission se trouve dans un décor complètement énorme aussi, aux abords d'une planète en feu et là aussi, j'en perds mes mots tellement on en prend plein les yeux. C'est beau, c'est onirique... Les décors changent à chaque mission et graphiquement, c'est juste énorme. Regardez bien tous les screenshots de ce jeu pour vous faire une idée.
 

La mission 3 m'a traumatisé

Il y a treize missions disponibles et c'est à la 3ème mission que ça se complique. Au bout d'environ 2 heures de jeu, j'ai été confronté à une mission qui m'a littéralement traumatisé. A l'époque, un jeu vidéo, ça voulait dire faire la même action en boucle environ 2.000 fois pour arriver à la plateforme suivante. On le savait, il n'y avait pas de sauvegardes, on était masos (un peu, quand même).
 
 
Avec le vaisseau-robot (Strike suit), le jeu s'accélère...

Dans les jeux actuels, c'est pré-mâché et on s'attend à s'amuser avant tout, je joue maintenant à des jeux juste pour le fun et pas pour me prendre la tête. Et là, sincèrement, je suis revenu 10 ou même 20 ans (oué chuis vieux, oué) en arrière et j'ai dû refaire en boucle la mission 3.

C'est lorsque vous incarnez enfin un Strike Suit que vous avez cette difficulté en plus. Certes, ce nouveau vaisseau est surpuissant mais vos ennemis envoient tellement de torpilles sur la colonie que vous devez protéger que ça devient démentiel. J'ai cru devenir fou. En fait, il a fallu que je prenne du recul pour pouvoir y retourner peut-être plus sereinement et en venir à bout.
 

La prise en main de votre vaisseau

J'ai joué principalement au clavier et à la souris. J'avais testé à la GamesCom avec une manette et les deux, je pense, sont quasiment identiques même si je pense préférer le clavier/souris (oui, je suis plutôt un mec PC que consoleux).

Pour se déplacer, vous n'avez besoin au final que de la souris. Les touches QSDZ du clavier vous permettront d'accélérer ou de ralentir votre vaisseau et de vous retourner. Le reste se fait à la souris et ça le fait !

Franchement, la maniabilité est un point fort car on arrive rapidement à se déplacer, à foncer à un endroit, à se retourner (même si parfois, j'aimerais avoir un bouton pour faire un looping mais avec le Strike Suit, on a certainement des possibilités bien plaisantes).

Les combats, c'est l'essence même du jeu. On n'est pas là pour jouer au Bilto. Du coup, on a tout un arsenal et pour chaque arme, il faudra s'adapter, s'ajuster pour l'utiliser au mieux. Certaines ont une courte distance, il vous faudra coller à votre adversaire le plus possible pour le descendre. D'autres permettent d'être plus loin de sa cible mais sont moins puissantes.

Vous l'aurez compris, vous aurez toujours la possibilité de trouver votre arme fétiche. À noter qu'il y a une notion de ciblage omniprésente et que le jeu choisira lui-même la prochaine cible la plus proche. C'est un atout indéniable qui permet de détruire vos ennemis rapidement.
 

Le Strike Suit : un vaisseau-robot qui envoie du lourd

Strike Suit, si on traduit, ça donne ça : Le revêtement de combat. Euh... Non, on ne traduira donc pas ! En réalité, vous avez une nouvelle barre appelée "Flux" (en plus de la classique barre de vie et de bouclier). Lorsque vous combattez des ennemis, vous augmentez ce Flux.

Grâce à ce flux, vous vous transformez en robot. Et là, vous avez la possibilité de déplacer automatiquement votre vaisseau sur la cible (y'a plus qu'à tirer) et vous pouvez faire du multi-cible. En contrepartie, vous devenez plus vulnérable même si vous pouvez éviter les missiles en faisant des "pas de côté".

La gymnastique n'est vraiment pas évidente et c'est là qu'il vous faudra un brin de patience pour arriver à maîtriser toutes les combinaisons et à savoir quand il faut utiliser quoi.
 
 
Avec le Strike Suit, on switche entre robot et vaisseau. Ô sweet switch!

J'ai vu un des développeurs jouer devant moi et... lui faisait des trucs de fou. Il envoyait des missiles sur du multi-cible, se retournait direct, tuait à nouveau plusieurs cibles. Et tout ça sans une goutte de sueur.

Hé bien, à l'inverse, j'ai tendance à paniquer, à me retrouver la tronche dans un autre vaisseau (du coup, je perds tout mon bouclier), à pas savoir où est ma cible, à utiliser le Strike Suit en mode panique et à mourir dans d'atroces souffrances.
Sachez que malgré mes deux mains gauches, j'ai pris un certain plaisir et on finit par s'habituer quand même progressivement (certains plus vite que d'autres, c'est tout).
 

SSZ, c'est pour les vrais qui n'en veulent

J'en viens à parler du point ni fort ni faible de ce jeu : la difficulté.
La difficulté ne vient pas forcément de la jouabilité mais plutôt d'un nombre croissant d'ennemis qu'il faut apprendre à gérer correctement sans partir en live. C'est un exercice et on ne peut pas dire que ce soit forcément évident.

Si vous voulez un jeu de type Space invaders, sans difficulté, sans réelles implications de votre part, ce jeu n'est pas pour vous. Ici, on est plus du style G-LOC R-360 (pour les plus jeunes, c'était un engin de la mort qui tournait dans tous les sens, on comprenait rien mais au bout d'un moment, on y prenait plaisir... juste avant de vomir). Il vous faudra un certain temps d'adaptation et parfois, vous aurez du mal à savoir où vous êtes...
 

Les sensations de pilotage

J'ai été surpris par une chose : on ne ressent pas le mal de mer.
En gros, même si on êtes secoué à la mode Wipeout, on n'a pas cette sensation désagréable de nausée. Je pense être particulièrement sensible à ce phénomène et je ne l'ai ressenti que très faiblement (par exemple, Wipeout, je ne peux pas). Et c'est très certainement dû à l'environnement, très vaste et magnifique avec des points de repère présents mais pas trop marqués. C'est assez dur à expliquer mais cette liberté nous permet d'éviter d'être trop gêné par des mouvements rapides et c'est le joueur qui décide véritablement de la vitesse de déplacement et ça, pour moi, ça permet d'adapter le jeu à ce qu'on est capable de supporter.

La musique, aussi, permet de se sentir moins oppressé. Car ce n'est pas une musique stressante, nerveuse, stridente et futuriste-bizarroïde. Non, la musique est clairement aux antipodes de ce qu'on pourrait s'attendre pour ce type de jeux. Oui, c'est une musique zenifiante, entre les musiques indiennes et asiatiques tout en restant très contemporaine. Malgré cette explication qui peut sembler vaseuse, ça colle. L'alchimie est telle que vous prenez vraiment du plaisir à écouter cette musique envoûtante et décalée. C'est vraiment un des points forts du jeu car ça change, tout simplement et, d'une drôle de manière, c'est totalement adapté.

Et cette musique si particulière aide le joueur à rester calme, à se focaliser plus facilement sur ses ennemis sans se mettre en mode "panique". Et croyez-moi si je vous dis que si ça marche sur moi, ça marchera sur vous.

Les plus :

  • Des décors différents et graphiquement somptueux
  • Une musique surprenante mais envoûtante
  • Une maniabilité quasiment sans failles. On y prend vite goût
  • Des combats nerveux dans lesquels vous devez faire preuve de dextérité
  • Des armes et des personnalisations à foison pour adapter le vaisseau à votre style
  • Un Strike Suit (le vaisseau-robot) qui déboîte (ça envoie du pâté)
  • Un enchaînement de combats épiques et diversifiés qui ne vous laisseront pas indemnes
  • Le plaisir de piloter dans un environnement en totale liberté
  • Le prix qui est tout de même très raisonnable
  • Une difficulté comme on n'en voit plus; c'est un plus même si... c'est dur !
 

Les moins:

  • Parfois, on se sent... perdu dans l'espace
  • Pas de mode en ligne et c'est tellement dommage, j'aurais aimé jouer avec des amis à ce jeu, vraiment ! ! !
  • La difficulté est parfois erratique; on passe d'un truc limite facile à ultra-dur en 10 secondes, perturbant
  • Trop de possibilités avec le Strike Suit + trop d'ennemis = mode panique enclenché; pas toujours mais ça arrive
  • On ne peut ni parler, ni bouger d'un pouce, ni se distraire une seconde: quand on joue à ce jeu, on joue à ce jeu, point !
  • L'histoire du jeu... ça parle blablabla... mais la plupart du temps, on s'en fout (de plus, je ne pense pas que les dialogues soient traduits)
  • Mais tous les moins sont aussi des plus, un jeu à tester !
 

En résumé

Personnellement, je ne joue pas à ce genre de jeux. Je ne suis même pas fan des jeux futuristes ou même des jeux de pilotage, ni rien. En gros, je suis potentiellement le plus mauvais des joueurs pour ça et celui qui aurait pu le haïr le plus. Au final, c'est une majestueuse baffe de la tronche que j'ai reçue et j'ai été littéralement aspiré dans cet univers particulier.

Bon, l'histoire du jeu m'a pas vraiment inspiré.
 Ce n'est pas ça que je retiendrais. Les bleus, ce sont les gentils, les méchants sont en orange et allez hop ! Non, l'ambiance du jeu vient des décors sublimes à un point qui en deviendrait indécent. Sérieusement, ce jeu est complètement beau, d'une beauté presque dérangeante (ils auraient pu faire un jeu où on se balade dans ce genre de décors que j'aurais acheté). Et la musique participe à cette ambiance si onirique et particulière. C'est vraiment étrange pour un jeu futuriste avec des vaisseaux. C'est vraiment de l'art à l'état pur.

Au final, j'ai totalement accroché. Je ne dis pas que je jouerais chaque soir toute ma vie mais l'ensemble est si atypique et pourtant si efficace que forcément, j'y retournerai. Mon seul véritable regret est qu'il n'y a aucun mode multi-joueur et c'est tellement dommage. Je m'imagine avec 3/4 potes à jouer à ça mais ça deviendrait un jeu complètement énorme ! Un hit ! Du coup, on se sent seul, abandonné et on nous met tant de responsabilité sur le dos... C'est moche.

Je conseille vraiment ce jeu qui me semble être un paradoxe car l'action est le coeur même du jeu mais l'ambiance, les décors et la musique le rendent "accessible". Je veux simplement dire qu'on ne souffre pas comme un dingue parce qu'il faut cliquer comme un fou sur la souris, non, tout se fait et doit se faire naturellement et dans le calme.

Bref, un jeu d'actions dans un univers onirique spatial somptueux sur un fond musical zenifiant... C'est à tester.
Edonis
Page 1/2
» page suivante

Sommaire

Les articles Strike Suit Zero