RSSRSS

EVE Online : Terrain miné

Fiche
Forum
Fansite
EVE Online

Terrain miné

«Fin de partie, acte I»

Terrain Miné


Crise, fermetures d’entreprises, licenciements... S’il est bien un secteur qui ne semble guère connaître cette tendance, c’est bien celui des jeux vidéo. Sans doute a-t-on toujours besoin de se détendre le soir quand on rentre chez soi, ou pendant la journée quand on passe celle-ci à la maison. C’est donc dans ce secteur florissant que cette petite boite islandaise appelée CCP a annoncé – à la surprise générale, avouons le – son intention de licencier une partie de ses effectifs le 19 octobre dernier (source) et de se recentrer sur son jeu principal, à savoir Eve Online. Mais ceci n’était qu’un chapitre dans l’épais livre des désillusions de CCP.

Ce billet d’humeur est divisé en deux parties qui se suivent : Terrain miné (première partie) et Support coulé (deuxième partie).
 

Tout commença par la désillusion sur les capacités de CCP à développer de nouveaux jeux. Lancés sur le développement d’Eve Online, World of Darkness, Dust 514 et même d’un 4ème avant projet, CCP apparaissait comme une société ambitieuse à laquelle rien ne devait ni ne pouvait résister. Dust 514 devait être développé par le bureau de Shanghai. World of Darkness par l’équipe d’Atlanta... Mais les difficultés apparurent : la compétence serait-elle au rendez-vous pour surmonter tous ces défis ? Les salariés en doutèrent eux-mêmes, mettant en avant des problèmes de management et d’organisation (source)... Dust 514 fut partiellement retiré des mains de la très (trop ?) jeune équipe de Shanghai et son développement en partie repris par une équipe britannique, sans doute pour sauver le projet... Projet dont on imagine mal la place qu’il pourrait trouver sur Playstation 3 dans le milieu hyperconcurrentiel des fps...

Vint également la désillusion de l’Islande, minée à partir de 2008 par une crise économique qui mit le pays à genoux. Ceux qu travaillaient au bureau de CCP à Reykjavik virent leurs économies se volatiliser, évaporées par la dévaluation de l’ISK, la monnaie et Islandaise... Les salariés qui avaient emprunté pour s’acheter une voiture ou une maison ne furent pas en reste : la mode en Islande était aux emprunts indexés sur des devises étrangères et dont le coût en ISK explosa avec la dévaluation de la monnaie...

Il y eut la désillusion des joueurs. Leur confiance fut d’abord minée par l’affaire dite « T20 », pseudonyme du développeur qui avantagea une alliance dont le succès à l’époque dans Eve faisait d’elle la cible de toutes les accusations de tricherie... Le mythe de la tricherie devint ainsi réalité... Ce mythe créa au sein de CCP une forme de psychose moralisatrice : tout salarié de CCP ne devait jamais révéler sa place au sein de CCP aux joueurs, il ne devait pas prendre part à la vie politique dans le jeu et devait être constamment surveillé par les Internal Affairs, petit groupe d’anciens Game Masters devenus les Sheriffs chargés de faire respecter l’ordre et la morale au sein du personnel. Ces Sheriffs devaient être tout puissants, leurs logs devaient tout voir. Il n’en était rien, mais l’illusion devait permettre de rétablir la confiance de la communauté. Afin de parachever cette psychose moralisatrice, on inventa le CSM : lobby de joueurs élus par les joueurs, invités tous frais payés en Islande de temps en temps pour bavarder d’Eve, de la pluie et du beau temps. Sans doute leurs idées permettraient-elles d’inventer un mécanisme de jeu innovant de temps en temps. Toujours est-il que leur rôle ne consistait qu’à reconstruire un lien de confiance brisé.
 

Cette confiance ne devait cependant pas résulter dans trop de pouvoirs pour le CSM. Il était important que CCP maintienne le contrôle sur l’évolution de Eve. CCP avait en effet des projets et souhaitait trouver de nouveaux gisements à son plus grand bénéfice : une boutique dans le jeu, avec sa propre monnaie, permettant d’acheter des objets contre de la monnaie sonnante et trébuchante (certes selon un système un peu plus complexe). Le coup était rude pour les joueurs, mais il pouvait encore passer. Un monocle apparu dans cette boutique à un prix avoisinant les 70 €. Il n’apportait rien d’autre que de faire joli sur le personnage du joueur. Les grondements se firent entendre tant parmi les joueurs qu’au sein de CCP. Un document interne fuita alors, expliquant les possibilités qu’offrirait cette boutique dans le futur pour traire les joueurs. Scandale. Réunion. Excuses. Mais le mal était fait et la pathétique histoire d’un monocle trop cher se révéla plus coûteuse pour CCP, confronté à une forte perte de joueurs, qu’aux joueurs eux-mêmes, qui boudèrent le fameux monocle. Ainsi le département Marketing de CCP, initialement certain de faire une bonne affaire, rêvant de profits infinis, finit tel Perette avec son pot au lait renversé : adieu vaux, vaches, cochons, et joueurs. La rupture avec une partie de la communauté fut consommée.

La désillusion fut ensuite celle des salariés du bureau de CCP à Atlanta, ceux travaillant sur le projet World of Darkness tiré de la licence « Vampires : the Mascarade » de Whitewolf. Un licenciement surprise et brusque. Ils ne furent d’ailleurs pas les seuls à être invités à partir en ce 19 octobre, quelques autres durent également prendre la porte : quelques personnes haut placées dont la tête devait nécessairement tomber pour donner l’impression de tirer les leçons de l’échec, quelques personnes bas placées afin d’éliminer l’incompétence ou la paresse qui pouvait gangrener certains départements... Etrange surprise que d’apprendre en même temps que le monde entier que l’on est licencié, l’annonce publique étant faite le même jour que l’annonce aux personnes concernées. Licenciés le jour même. Prenez vos affaires et ne revenez plus. Etrange surprise que d’apprendre subitement que cette journée tranquille d’octobre est la dernière que vous passez dans ces locaux. Leur déchéance ne fut pas totale : certains, peut-être plus utiles que les autres, furent apparemment recasés par CCP dans d’autres équipes.

Echecs dans la réalisation de nouveaux jeux, crise islandaise, rupture avec la communauté d’Eve Online... CCP, cette petite boite islandaise qui faisait rêver, laisse désormais un sentiment franchement mitigé. Affirmant le 19 octobre dernier vouloir se recentrer sur Eve Online, CCP a ainsi procédé à une brusque vague de licenciements. Restait encore à décider du sort d’une petite équipe du support client d’Eve Online.
Olyyy

Les articles EVE Online

suivante »